Lexique
Abhaya mudrâ
Geste d'absence de crainte et d'apaisement. La main est droite, la paume face au spectateur.

Amphore

L'amphore est, dans l'Antiquité, le récipient le plus utilisé pour le transport de produits de base : le vin, l'huile d'olive, la bière et les sauces de poissons. D'usage extrêmement courant dans le pourtour méditerranéen, on la trouve parfois réutilisée, soit broyée afin d'entrer dans la composition du mortier au tuileau romain, soit telle quelle comme canalisation ou pour ménager un vide sanitaire. Parfois, elle sert de cercueil pour une sépulture d'enfant. Enfin, on la jette souvent dès que son contenu est consommé : c'est ainsi que le mont Testaccio s'est formé de l'accumulation de débris d'amphores à Rome. Dans le domaine de l'archéologie, l'amphorologie est une spécialité très développée. L'existence d'un grand nombre de types répertoriés d'amphores, leur évolution sur une longue durée et une vaste zone dans l'antiquité constitue un élément important de datation établie par la chrono-typologie.

typologie des vases grecs: http://www.ancient.eu.com/article/489/ 

 

Antiquité
Caractère de ce qui appartient à une époque très ancienne ou qui dure depuis une telle époque.
Archéologie
L'archéologie est une science humaine dont l'objet d'étude est l'ensemble des traces matérielles laissées par les hommes (objets, bâtiments, infrastructures, paysages...). Pour ce travail, l'archéologue dispose d'une panoplie d'outils que sont les travaux de terrain (fouilles et prospections), les travaux de laboratoire (C14, dendrochronologie)

Aryballe

L'aryballe (du grec ancien αρυβάλλος / aryballos, la racine de ce mot est αρυω qui signifie : puiser) est un vase grec antique à panse globulaire, piriforme ou oboïde, utilisé pour stocker de l'huile parfumée destinée aux soins du corps. Les aryballes sont très fréquemment utilisés comme réservoir d'huiles par les athlètes.

 
Bodhisattva
« Celui dont la nature est la parfaite connaissance». Selon le bouddhisme Mahâyana (du Grand véhicule), c'est un être destiné à l'Eveil qui renonce provisoirement à se sauver lui-même pour aider les autres à atteindre leur propre salut
Bouddha
L' « Eveillé ». Ce terme désigne en général le fondateur du bouddhisme, le Bouddha Shâkyamuni (« le sage du clan des Shâkya »).
Bouddha ascète (ou ascétique)
Après avoir quitté son palais, le futur Bouddha suivit l'enseignement de plusieurs maîtres. Ceux-ci ne répondant pas à ses attentes, il décida de trouver lui-même de trouver la voie du salut. En compagnie de cinq compagnons, il se livra au jeûne associé à une discipline de rétention du souffle inspirée du yoga. Il sortit de cette ascèse extrême et vaine grâce à l'intervention du dieu Indra.
 
 Chakravartin
« Celui qui possède la roue (en mouvement) ». Souverain universel, le chakravartin est le monarque par excellence dans la tradition indienne. C'est le détenteur des saptaratna (sept joyaux) : la roue du dharma (l'ordre, la loi), le cheval, l'éléphant, un ministre, une épouse, un fils et des richesses. C'est un personnage important qui est protégé par un parasol. Le prince Siddharta, s'il n'était devenu Bouddha en sortant de son palais, devait devenir un chakravartin.

Chiton

Le chiton (en grec ancien χιτών / khitốn ) est un vêtement de la Grèce antique. Tunique de laine dans les périodes plus anciennes, puis de lin, au plissé fin cousue sur les côtés ou tissée sans coutures, cintrée à la taille, portée par les hommes comme par les femmes : courte et sans manche pour les hommes, longue et avec manches pour les femmes. Le port de ce vêtement est complété par une écharpe, teinte ou non de pourpre.

Chez les hommes, quand il descend jusqu'au pied, on parle alors de chiton ionique, comme pour l'aurige de Delphes. Il peut être orné de dessins géométriques pour les jours de fête. Il peut se porter avec un pallium, sorte de manteau drapé. Dans l'armée, le chiton est porté sous la cuirasse (thorax) et est d'une couleur vive généralement bleu ou rouge.

 

Cratère

Dans l'Antiquité, et particulièrement chez les Grecs, le cratère était un grand vase servant à mélanger le vin et l'eau (le vin, d'un degré alcoolique plus élevé qu'aujourd'hui, n'était pas bu pur).

 

Dharmacakra mudrâ
Geste d'enseignement. C'est le geste de mise en mouvement de la Roue de la Loi bouddhique que fait le Bouddha lors de son premier sermon à Sârnâth.
Dhoti
Pagne porté en Asie du Sud par les hommes hindous
Dhyâna mudrâ
Geste de la méditation. Les deux mains reposent à plat l'une sur l'autre dans le giron. Ce geste évoque à l'origine l'acquisition de l'Eveil.
Garuda
Oiseau mythique, ennemi héréditaire des nâga (serpents). Il est la monture du dieu Vishnu. Il est souvent représenté sous une forme hybride mi-homme mi-oiseau rapace.
Grand miracle de Srâvastî
Dans sa sixième année après l'Eveil, le Bouddha se trouva à Srâvastî où étaient aussi six maîtres de doctrines hostiles au Bouddha. La confrontation eut lieu en présence du roi Prasenajit. Bien qu'hostile à l'usage de la magie, le Bouddha dut faire la démonstration des pouvoirs surnaturels qu'il maîtrisait. Il accomplit d'abord les « miracles jumeaux » Ces miracles consistaient à faire jaillir ensemble, puis en alternance, de l'eau de ses pieds et des flammes de ses épaules. Ensuite, il créa et multiplia ses propres images, dans les quatre attitudes (debout, marchant, assis et couché) qui apparaissent dans le feuillage d'un manguier, d'où le nom de « prodige du manguier » qu'on a donné à ce miracle. Cette démonstration mit en déroute les maîtres « hétérodoxes ».
Harîtî
Déesse des enfants et de la fécondité. C'était une ogresse dévoreuse d'enfants. C'est pourquoi elle est en Inde la déesse de la petite vérole (elle « dévore » les enfants). Elle fut convaincue par le Bouddha d'abandonner ses habitudes cannibales et ainsi devint la protectrice des enfants. Elle forme un couple avec Panchika.
Himation
L'himation (en grec ancien μάτιον / himátion) est un vêtement de la Grèce antique.
Il est ample et enveloppant comme une sorte de châle. Il se porte à même le corps ou sur un chiton. Il se drape ou s'enroule sur une épaule et ne comporte pas d'attache à la différence de la chlamyde. L'himation était à la fin de la République le manteau habituel des Romains, car il était plus pratique que la lourde et encombrante toge ; les Romains lui ont donné le nom de pallium.

 

Intaille
Une intaille est une pierre dure et fine gravée en creux pour servir de sceau ou de cachet. Elle peut être présentée seule ou montée en bague, bijou ou faire partie d'une parure.

 

Laksana
signes distinctifs du Mahâpurusa (« grand homme »). Le Mahâpurusa est à l'origine l'homme cosmique, source et substance de l'univers entier. Il prend également le sens de synthèse suprême des facultés humaines dans le domaine religieux. Le Bouddha est un Mahâpurusa et porte les laksana qui sont au nombre de trente-deux.

Lécythe

Un lécythe (du grec ancien λήκυθος / lếkythos) est un vase grec antique utilisé pour stocker de l'huile parfumée destinée aux soins du corps. La forme est inventée dans la première moitié du VIe siècle av. J.-C. Un type particulier, le lécythe à fond blanc, est très fréquemment utilisé comme vase funéraire.

Maitreya
« Amical ». Le Bodhisattva Maitreya est le futur Bouddha humain. Il ne s'incarnera que quand la loi du Bouddha Shâkyamuni sera oubliée des hommes. Dans l'art du Gandhâra, il est vêtu, comme un prince indien, du paridhâna, pièce de tissu non cousue et drapée autour du corps, et d'une longue écharpe drapée. Il porte aussi de nombreuses parures. Ses cheveux longs et ondulés sont noués au-dessus de sa tête par une mèche plate. Il porte dans sa main gauche le vase à eau des brahmanes
Œnochoé
Dans la Grèce antique, une Œnochoé (du grec ancien οἰνοχόη / oinokhóê composé d'οἶνος / oĩnos : le  vin et χέω / khéô : verser) est un pichet à vin qui sert à puiser le vin dans le cratère, où il a été coupé à l'eau,  avant de le servir.
Padma
« Lotus ». Cette fleur est symbole de pureté et de fertilité. Elle sert de trône au Bouddha et aux bodhisattva, ce qui indique leur caractère divin ou semi-divin
Padmâsana
Position du lotus adaptée à la méditation, les jambes sont croisées, les pieds reposent sur les cuisses, plantes tournées vers le haut. Position aussi appelée vajrâsana (position du diamant).
Panchika
Dieu des richesses. Selon la tradition indienne, c'est un yaksha, général des armées du roi des yaksha, Kubera-Vaishravana, roi des espaces du Nord. Il est le dieu de la prospérité et on met sa statue près des cuisines des monastères, car elle provoque un afflux de nourriture à l'arrivée des pèlerins. Il forme un couple avec Hâritî.
Péplos
Le péplos (πέπλος en grec ancien, ou peplum en latin) est la tunique féminine de style dorien de la Grèce antique. C'est une pièce rectangulaire à gros plis (cf. les Korai de l’Érechteion) pliée en deux et cousue afin de former une sorte de tube cylindrique dont le haut forme un rabat sur la poitrine (parfois aussi sur les épaules). Les deux moitiés du tissu sont attachées par une agrafe sur chaque épaule. Le péplos est maintenu à la taille par une ceinture. Il est en tissu lourd (laine en général). Il s'enfile par les pieds en glissant sous les aisselles et est toujours plus long que la taille de celle qui le porte. Il pouvait être de couleurs vives.

 

Premier Sermon
Ce sermon fut prononcé par le Bouddha dans le parc aux gazelles (Mrigadâva) de Sârnâth devant ses premiers disciples. Ce sont les cinq ascètes qui avaient abandonné le Bouddha quand il avait rompu son ascèse extrême. Le Bouddha mit alors en mouvement la roue de la Loi bouddhique.

Rhyton

Un rhyton, rython ou rhython (du grec ancien rhein : couler) est un vase en terre cuite ou en métal mesurant environ 25 centimètres de hauteur qui se présente sous la forme d'une corne, à une anse, comportant une ouverture de fond par laquelle le liquide s'écoule et dont l'extrémité se termine par une tête animale ou humaine. Il a été essentiellement fabriqué par les Thraces et les Romains au cours des Ve et VIe siècle av J-C. Il était utilisé pour boire mais aussi pour certaines cérémonies et rituels religieux comme lors des libations.

 

Samghati
Manteau porté par le Bouddha. Il peut être drapé autour des épaules ou porté replié sur l'épaule gauche
Stûpa
A l'origine, il s'agissait d'un tumulus funéraire de forme hémisphérique dans lequel on déposa les reliques du Bouddha. Au fil du temps, il acquiert une valeur commémorative et votive mais on y place aussi les cendres de grands personnages
Urnâ
L'un des 32 signes distinctifs du Bouddha (lakshana). C'est un touffe de poils entre les sourcils qui est généralement représentée comme une pastille au milieu du front
Ushnisha
Un des signes distinctifs du Bouddha (lakshana). Il s'agit d'une protubérance crânienne qui est surmontée par un chignon.
Yaksha
Demi-dieu, génie de la nature et des arbres.

7, quai de Conti, 75006 - Paris | Tel.: 33.1.43.26.62.50 | Fax.: 33.1.43.25.59.82 | lareinemargot@wanadoo.fr

Heures d'ouverture: lundi-samedi | 10h30-13h00 / 14h00-19h00.