Page 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8
  - Oushebti de Tious, né de la Dame Ta-idérek
  - Sarcophage d'Horus-faucon
  - Haut de sceptre au poisson Oxyrhynque
  - Vase à panse globulaire
  - Masque féminin de sarcophage
  - Statuette féminine nue
  - Statuette féminine nue les bras le long du corps
Collection Permanente

Oushebti de Tious, né de la Dame Ta-idérek

XXVIe dynastie

  • Contacter
  • Imprimer
  • Envoyer ? un ami
Reference : 10106
Prix sur demande
Faïence glaçurée bleu-turquoise.

Hauteur : 15,5 cm.

État de conservation : parfaite ; cassé à mi-jambes l’objet a été recollé avec perfection.
Ce magnifique objet a retrouvé son intégrité initiale après avoir été recollé à la suite d’une cassure à mi-jambes dont on ne peut déterminer la date. Outre l’extrémité du nez, les mains et le côté arrière droit de la perruque montrant quelques signes d’usures légères, rien ne vient enlaidir cette statuette funéraire. Même la barbe postiche osirienne tressée a conservé son recourbement à son extrémité. Le pic tenu dans la main gauche et posé sur l’épaule droite, la houe tenue par la main droite et posée sur l’épaule gauche ainsi que la corde parfaitement tressée bien visible sur l’épaule gauche retenant le sac à grain dans le dos sont d’une conservation surprenante. En outre, le texte hiéroglyphique gravé en creux sur la partie inférieure de l’oushebti reste de lecture facile :

« Le Lumineux, l’Orisis Tious, juste-de-voix, né de Ta-idérek, juste-de-voix, il dit : « Ô ces oushebtis, si l’on compte l’Osiris Tious, juste-de-voix, pour accomplir tout travail qui doit être fait là dans la nécropole, alors l’embarras [lui en sera donné] là comme à un homme à sa tâche. Me voici, direz-vous. [Et alors] on vous dénombrera à tout moment pour y [travailler], pour faire croître les champs, pour irriguer les berges, pour transporter le sable de l’Occident vers l’Orient et vice et versa. Me voici, direz-vous. » ».

Remarques sur le texte :
Nous sommes ici en présence du chapitre VI du Livre des Morts, dans sa troisième version, revue et employée durant la Basse Époque et, plus particulièrement, durant la XXVIe dynastie où elle est alors généralisée sur les statuettes funéraires des particuliers.
1) Notez que l’invocation initiale aux oushebtis est régulièrement placée sous le symbole du soleil (= le Lumineux) et des ténèbres (= l’Osiris). Cette pratique se généralise à la Basse Époque.
2) L’anthroponyme masculin Tious est attesté à la Basse Époque par les oushebtis de notre personnage étudié ici et par une statuette conservée au musée du Caire, CG n° 39322, sans que l’on puisse rapprocher les deux objets. Le PN. I, ne le relève pas. Le PN. II, p. 329, 4, relève le nom propre Touou [ ] mais ne rapproche pas les deux occurrences. Notez aussi que ce personnage ne porte aucun titre.
3) L’anthroponyme féminin Ta-idéret n’est relevé dans aucun ouvrage consulté traitant des noms propres de l’ancienne Égypte.
4) Le début du discours de l’oushebti (l. 1) marqué par l’incipit : Dd.f, apparaît au début de la XIXe dynastie. Nous le rencontrons sur les oushebtis de Séthi Ier , de Nésy-per-nedjem et de bien d’autres exemplaires. Il revient avec insistance durant la XXVIe dynastie .
5) Pour la clause d’embarras, aux l. 3 et 4 :

[…] Alors l’embarras vous en sera donné comme à un homme à sa tâche …
Cette clause semble bien être apparue au cours de la XIIIe dynastie sur des stèles-chapelles ou des pseudo-naos. Toutefois, sur les oushebtis/shabtis, cette formule ne semble réellement apparaître que durant la XVIIIe dynastie, sous le règne de la reine-pharaon Hatshepsout, sur l’un de ses shabtis .
6) Pour cette graphie : à la l. 4, = « l’homme, l’individu, quelqu’un », employée dès le Moyen Empire et reprise dans les textes de la Basse Époque, voir : Wb. III, 404, 6 - 406, 9.R.O. Faulkner, A Concise Dictionary of Middle Egyptian, Oxford, 1976, p. 205-206. Y. Bonnamy & A. Sadek, Dictionnaire des hiéroglyphes. Hiéroglyphes/Français, Arles, 2010, p. 502 (3).
7) Le reste du texte ne présente pas de difficultés d’analyse et d’interprétation particulières.

Remarques sur l’oushebti de Tious :
Les oushebtis de Tious sont parfaitement bien connus du monde égyptologique et des galeristes. Nous avons repéré quelques ventes dont voici la liste :

*Sotheby’s, Catalogue de vente du 28-04-1994, lot n° 22.

*Hôtel Drouot, Paris, (Pierre Bergé et associés), Catalogue de vente du 21-05-2014, lot n° 59.

*Galerie Roswitha Eberwein, Antike Kunst, Göttingen, Catalogue de vente 2014, lot n° 27.

*Sotheby’s, New York, Catalogue de vente du 15-12-2016, lot n° 56.

7, quai de Conti, 75006 - Paris | Tel.: 33.1.43.26.62.50 | Fax.: 33.1.43.25.59.82 | lareinemargot@wanadoo.fr

Heures d'ouverture: lundi-samedi | 10h30-13h00 / 14h00-19h00.